// EURIPIDE // SHAKESPEARE // MOLIÈRE // WHITMAN // MAÏAKOVSKI // PIRANDELLO // BERNHARD // FERRÉ // CORMANN // PANH ... faire défiler la page
 

/ L'Élimination de rithy panh et christophe bataille

aux éditions Grasset

Partie 1 | On peut détourner le regard
Partie 2 | Marcher
Partie 3 | Duch

mise en scène Julien Guill | assisté de Mathilde Tournyol du Clos
 | chorégraphie Jean-Sébastien Rampazzi | création sonore Alexandre Flory | interprétation Fanny Rudelle, Karina Pantaleo, Jean-Sébastien Rampazzi

/ note d’intention

Des «faits» ou des «impressions». «L'Élimination» est la parole d’un rescapé. Témoignage de Rithy Panh, cinéaste rescapé du processus d’extermination organisé par les Khmers rouges au Cambodge. Il alterne entre le combat, au présent, que mène un survivant par le biais du cinéma et les récits de sa survie trente ans plus tôt durant l’extermination de sa famille par un régime totalitaire. Rithy Panh a trouvé la force de se confronter aux responsables du génocide et de les questionner. Nous voulons rendre compte de cette démarche. Tout simplement pour que cette mémoire reste vive. Car elle nous concerne. Elle pose l’inextricable question des bourreaux. Certes il y a l’émotion qui nous saisit face à l’inconcevable mais il y a aussi, surtout, et c’est ce que montre Panh, des individus qui envisagent, pensent, mettent en place, et construisent un processus d’extermination. Il y a des responsables. Qui sont-ils? 
Rithy Panh ne cherche pas à résoudre cette question mais au contraire à la maintenir activement. Il nous interroge. Il invite à la vigilance.
Comme espace nous avons choisi la cuisine. La cuisine comme lieu du quotidien. Lieu à la fois de vie et de rite. Dans la préparation comme dans la consommation. Depuis cet espace (ou l’évocation de cette espace) les interprètes se laissent gagner par l’«Elimination». Ils travaillent sur cette relation qui se tisse entre la victime et son bourreau. L’atmosphère qui s’en détache. Ils l’interprètent. Il est question de solitude, d’absence, de manque, d’attente, d’évasion, de doute, de mensonge, de marche, de
course et de fuite. Et les trois corps et les trois voix des interprètes avec chacun leur expérience, leur pratique et leur singularité se mêlent et s’emparent du combat d'un survivant.

/ production
la compagnie provisoire & compagnie Jean Sébastien Rampazzi | coproduction Printemps des comédiens, Mémorial de Rivesaltes, La Baignoire, lieu des écritures contemporaines | soutien Quartier Gare, Le Pot au Noir

/ les résidences de création
2019/20 Partenariat avec le Mémorial de Rivesaltes (66)
2018 Juin Restitution publique au Printemps des comédiens (34), Mai Résidence d'écriture, Pot au Noir (38)
2017 Restitution publique au Quartier Gare (34)
2014  Restitution à «La Baignoire, lieu des écritures contemporaines» (34)

/ Les pièces vénitiennes [le procès] d'après shakespeare

traduction Jean Michel Déprats | adaptation & mise en scène Julien Guill | dramaturgie Guillaume Fargas | soutien technique Alex Denis | interprétation Dominique Léandri & Fanny Rudelle.

Un homme prête de l’argent et quand il demande à être remboursé, il doit le justifier devant un tribunal et faire face à la haine, la rancoeur et la jalousie qu’il suscite. Un homme aime une femme et quand il l’épouse il doit le justifier devant un tribunal et faire face à la haine, la rancoeur et la jalousie qu’il suscite. Car qui prête et qui aime? Des étrangers. «Le juif de Venise» et «Le Maure de Venise».
Nous avons choisi de croire en la révolte de Shylock et d’Othello. Nous avons choisi de mettre en scène leurs procès. Procès de ces étrangers, mais avant tout procès de ces pièces. Procès de notre Histoire. Aujourd’hui, il est impossible de lire les «pièces vénitiennes» sans s’interroger sur l’Antisémitisme et la Ségrégation. Des enfants, des femmes et des hommes en sont encore les douloureuses victimes. Les crimes religieux et les crimes racistes sont encore trop présents. Des communautés s’affrontent. L’intolérance règne. Et il y aura toujours un «Antonio» ou un «Iago» pour bafouer, soit par malveillance soit par altruisme, les droits de «l’étranger».

/ production la compagnie provisoire | coproduction Le Pot au Noir, Scène ressource en Isère | soutien Université Paul Valéry 3

2018 Fête à Rivoiranche (38)
2017 Théâtre La Vignette Université Paul Valéry 3 (34), Pot au Noir (38)

2016 Quartier Gare (34), Théâtre La Vignette dans le cadre des «24h Shakespeare» (34)

/ Ce soir on improvise d'après pirandello

adaptation & mise en scène Julien Guill | interprétation Dominique Léandri, Fanny Rudelle, Marc Baylet-Delperier, Camille Daloz | régie générale Olivier Privat

Pirandello est une voix qui parle depuis l’intérieur du processus de création. Il veut le démasquer. Mettre en avant la frontière poreuse qui sépare les acteurs de leurs personnages. Qui invente qui? Il écrit une joyeuse improvisation farcie de pièges et de surprises. Tout l’espace du théâtre est mis en jeu, personne n’est à l’abri. Ni l’auteur, ni la metteur en scène, ni les acteurs, ni le public. L’explosion du quatrième mur entremêle les espaces de manière à perdre le spectateur, on ne sait plus qui est qui.
Nous sommes dans l’espace-temps singulier du théâtre. Un son, une musique, un léger boulversement sollicite l’imaginaire de l’acteur et/ou du spectateur et laisse émerger une église, une rue, un cabaret, un opéra, un salon bourgeois ou une pauvre cuisine.

production la compagnie provisoire | coproductions Théâtre Jean Vilar, Communauté de communes Lodévois et Larzac | aides à la création DRAC LR, Région LR | soutien Collectif En Jeux, Réseau en scène

2014 Festival Villeneuve en scène (30), Saint Jean de la Blaquière (34), Théâtre de Pézenas en co-accueil avec le Théâtre SortieOuest (34)
2013 Création au Théâtre Jean Vilar (34)

/ Médée [restitution] d'après euripide

conception & mise en scène Julien Guill | interprétation Fanny Rudelle | création sonore Alexandre Flory | création lumière Marc Baylet-Delperier

Une femme parle de Médée. Au fur à mesure de son témoignage, au fur à mesure du récit, elle se confond à elle. Comment aborder et absorber Médée? L’Histoire se raconte à partir de ce questionnement. Un individu est indissociable de l’histoire qu’il traverse. Médée existe par l’histoire qu’elle porte et l’actrice devient Médée à travers l’histoire qu’elle nous en livre. «Medea nunc sum».
Nous plongeons dans un espace-temps singulier. Celui, après l’acte. Celui, après l’infanticide. Celui, après le mythe de Médée. Celui d’une femme enfermée dans son drame, aux prises avec sa tragédie. Et nous ne pouvons y échapper. Ça a eu lieu et ça semble vouloir ressurgir. Ça s’impose. Nous en devenons les témoins.

production la compagnie provisoire

2013 Théâtre La Vignette (34)
2012 Création à «La salle 3» (34)

/ Feuilles d'herbe d'après walt whitman

aux éditions José Corti
mise en scène Fanny Rudelle | traduction Eric Athénot | interprétation Julien Guill

Nous vous proposons de partager un moment de nos vies. Nous vous convions à un dîner. Des tables nappées sont installées avec du vin rouge, un plateau de fromages et des fruits. Nous mangerons et boirons ensemble. Un homme est là, parmi nous, à notre table, il prend la parole, envahit l’espace, est avec nous. Pour nous, pour le passé et l’avenir de l’humanité.
Nous sommes responsable de notre vie. Nous pouvons construire le monde. Message utopiste mais qui dans les mots et le chant du poète donne la force d’y croire. Un enragé porte haut ce chant démocratique, par sa voix et son corps, ailleurs que dans l’incarnation mais dans une appropriation du geste poétique de Whitman qui a été celui d’écrire dans une grande liberté afin de «parler en poésie»  avec ses proches.

production la compagnie provisoire | coproduction La Maison de la Poésie de Montpellier.

2015 Théâtre de l'Albarède (Ganges), Printemps des poètes (Pézenas)
2014 Théâtre des 13 Vents Centre Dramatique National
2013 Théâtre des 13 Vents, spectacle «à installer partout» 
2012 Médiathèque Shakespeare à Montpellier, Festival O.R.A.G.E. à Montpellier, Médiathèque Giono à Pérols et Françoise Giroud à Castries
2011 Création à La Maison de la poésie de Montpellier.

/ Impromptu... d'après molière

conception & mise en scène Julien Guill | interprétation Philippe Baron, Frédérique Dufour, Marc Pastor, Sébastien Portier, Fanny Rudelle

Nous proposons une table-scène, à laquelle les participants s’installent afin de s’expliquer. Ils réinventent un temps, sortent de l’incarnation. Il s’agit de bousculer les conventions qui placent l’oeuvre au centre et sépare les acteurs des spectateurs. Cela nous permet de réinterroger l’acte même du théâtre. Qu’est ce qui réunit cette assemblée? Le sensible, le spirituel, le moral, le poétique ou le politique? Autre chose? Ici les artistes tentent de devenir «autre chose» que de virtuoses exécutants. Ils cherchent à extraire Molière des lieux communs que véhicule sa méconnaissance, pour rendre toute la fraîcheur d’une pensée qui s’insurge et d’un théâtre en résistance.

production la compagnie provisoire | coproduction Conseil Général de l'Hérault dans le cadre «Résidence d'artistes»

2013-2012-2011 Festival «Molière dans tous ses éclats» Pézenas (34)

/ Je parle à l'illusion d'après léo ferré

mise en espace David Léon | interprétation Julien Guill | création sonore Alexandre Flory

Entre déchirement amoureux et rage politique, il s’agit de faire résonner les paroles de Léo Ferré, de faire entendre les beautés d’une mémoire poétique. Avec une économie de moyens, nous avons cherché à créer un espace hors du temps de la performance et du spectacle, pour montrer un artiste reclus dans la coulisse, qui s’attèle à retrouver les racines de l’impulsion créatrice.

production la compagnie provisoire

2011 Festival Voix Vives de méditerranée en méditerranée & Les Jardins du Musée Paul Valéry (34), «Printemps des poètes» à Vendargues & Montpellier
2010 La Laiterie des Beaux-arts, Création au «Baloard» (34)

/ Macbeth [aspects] d'après shakespeare

conception & mise en scène Julien Guill | interprétation Frédérique Dufour & Philippe Baron

C'est une exposition crue de la course au pouvoir, de la réussite par le déni des sentiments, de l’absorption du doute par la brutalité et la volonté de puissance, de la complaisance de l’individu dans sa propre perdition. Nous nous concentrons sur le couple. Le ménage comploteur absorbe le public dans son délire et son rituel destructeur. Il nous dévoile son grand cirque du pouvoir et emmène les spectateurs dans une mise en scène de l’ascension. 
Dans leur quête, les Macbeth se heurtent à un malaise insécable et impartageable. Ils sont les grands explorateurs de leur solitude passée à se putréfier dans leur culpabilité.

production la compagnie provisoire | coproduction Conseil Général de l'Hérault dans le cadre «Résidence d'artistes en Collège»

2013 Théâtre Jean Vilar «Lycéens tour» (34)
2012 Le Cratère, Scène nationale d’Alès «Lycéens tour» (30)
2011 La Laiterie des Beaux-arts (34)
2010 «Collège Marcel Pagnol» (34) 

/ Diktat d'enzo cormann

aux éditions de Minuit
conception Julien Guill | interprétation Marc Pastor & Julien Guill
| soutien technique Mathieu Zabé

Cormann met en scène l’insupportable situation de l’individu pris dans les remous de la Justice et de l’Histoire. Il choisit de se placer du point de vue de l’individu pour sonder la morale. Le spectacle s’efforce de rendre la notion «d’examen d’une assemblée où les acteurs sont les ‘‘délégués’’». La proximité permet d’approcher l’intimité de ces délégués «enragés» et de laisser émerger une puissante révolte prête à se consumer. Quand il est pris dans son chaos, quand il croit ne plus rien tenir, un individu à la possibilité de percevoir son être. Dans un espace dépouillé de tout, les interprètes se confrontent à leur chaos.

production la compagnie provisoire | coproduction La Baignoire

2010 Festival «Remise à neuf» à Saint-Jean de la Blaquière (34)
2009 Théâtre Pierre Tabard Lakanal (34), Festival «les Nuits de la Terrasse et del catet» (34), Festival de l’Adresse à Avignon-off (84), La Baignoire (34)
2008 «Quartiers libres», Création à «l’Atelier du Garage» (34)

/ Minetti de thomas bernhard

aux éditions de l'Arche
conception Julien Guill | interprétation Beata Dreisegova-Valette & Julien Guill

Thomas Bernhard propose une parole entière, sans fard, déterminée, violente et revendicatrice de la différence. Incarner cette parole revient à combler des gouffres, à rendre la violente irritation née de la confrontation au monde et aux autres. Humour acerbe. Critique cinglante de la bourgeoisie, de son apologie du déni, de son absorption mondaine de la révolte et de ses complaisances dans sa propre perdition. Et l’artiste là-dedans: crée-t-il une œuvre pour la porter, la détruire ou la cacher? Pour aller vers l’autre ou s’en éloigner? Pour vivre ou se laisser détruire? Pour apparaître au monde ou disparaître? Pour se soulager ou s’asservir? Pas de réponses. Seulement Minetti. Il est une sorte d’idéaliste, perdu dans un extrémisme aveugle, égoïste et furieux.

production la compagnie provisoire | coproduction La Baignoire

2009 Théâtre Pierre Tabard Lakanal (34)
2008 «Quartiers libres», l’Atelier du Garage (34), Création à «La Baignoire» (34)

/ Le nuage en pantalon de vladimir maïakovski

aux éditions le temps des cerises
traduction Charles Dobzynski | une performance poétique de Julien Guill

Pour clamer leurs poèmes dans la rue, les «futuristes» se peignaient le visage. Sorte de masque de rituel pour un Carnaval épouvantable, presque une transe exutoire. Depuis son Golgotha, perché sur sa chaise, l'inteprète partage son calvaire.
Maïakovski agit par l’écriture. Il pousse des cris contre l’amour, l’art, l’ordre et la religion. Il raconte l’éclatement du cœur, de l’esprit, de la raison et de l’âme. Un parcours à travers le chaos qui force à réinventer le monde pour se l’approprier. Il s’agit d’un acte de résistance. Il est question de l’éveil d’une sensibilité face à la naissance de la révolte, à la brûlure insoutenable de l’être et de sa pensée, et d’un enthousiasme insatiable qui correspond au désir isolé de chacun d’en découdre, d’être en révolte. Contre. Dire non.

production la compagnie provisoire

2015 Théâtre de l'Albrède (Ganges)
2014 Centre Ressources (Pézenas)
2013 Journée Delteil à Grabels
2011 L’atelier du jardin à Montpellier
2010 Tournée médiathèques DDLL 34, Jardin Urbain V à Avignon, «Printemps des poètes» à Montpellier
2009 Jardin Urbain V à Avignon, House café à Lodève, Chez Pépé à Montpellier
2008 «Quartiers libres», L’Atelier du Garage & La Baignoire à Montpellier
2007 Théâtre du Périscope à Nîmes, Festival «les Nuits de la Terrasse et del catet» à Murviel les Béziers, Création à L’Etc, Création au bar à vin «Le comptoir» à Montpellier.