« Le théâtre enragé propose une aventure humaine
Il est un théâtre d’actrices et d’acteurs

Un théâtre de corps
Le théâtre enragé s'installe partout
Il s’est affranchi des contraintes techniques
L’espace y conserve son caractère brut
Le théâtre enragé s’empare de toutes les formes d’écriture et se les approprie
Il se fonde sur une dramaturgie qui bouscule les conventions théâtrales
La dramaturgie interroge, perpétuellement et en toute liberté, la relation entre les interprètes et les spectateurs
Elle ôte le spectaculaire au bénéfice de l'acte théâtral
Elle rend active la perception du spectateur
Le théâtre enragé propose une esthétique sans artifices
Il est épuré
Tous les acteurs du théâtre enragé travaillent à cette épure, afin d'atteindre l'essentiel
Le théâtre enragé est fait par des interprètes enragés »

                                                        Le manifeste pour un théâtre enragé

/ Ce soir on improvise d'après pirandello

adaptation & mise en scène Julien Guill | interprétation Dominique Léandri, Fanny Rudelle, Marc Baylet-Delperier, Camille Daloz | régie générale Olivier Privat

Pirandello est une voix qui parle depuis l’intérieur du processus de création. Il veut le démasquer. Mettre en avant la frontière poreuse qui sépare les acteurs de leurs personnages. Qui invente qui? Il écrit une joyeuse improvisation farcie de pièges et de surprises. Tout l’espace du théâtre est mis en jeu, personne n’est à l’abri. Ni l’auteur, ni la metteur en scène, ni les acteurs, ni le public. L’explosion du quatrième mur entremêle les espaces de manière à perdre le spectateur, on ne sait plus qui est qui.
Nous sommes dans l’espace-temps singulier du théâtre. Un son, une musique, un léger boulversement sollicite l’imaginaire de l’acteur et/ou du spectateur et laisse émerger une église, une rue, un cabaret, un opéra, un salon bourgeois ou une pauvre cuisine.

production la compagnie provisoire | coproductions Théâtre Jean Vilar, Communauté de communes Lodévois et Larzac | aides à la création DRAC LR, Région LR | soutien Collectif En Jeux, Réseau en scène

2014 Festival Villeneuve en scène (30), Saint Jean de la Blaquière (34), Théâtre de Pézenas en co-accueil avec le Théâtre SortieOuest (34)
2013 Création au Théâtre Jean Vilar (34)

/ Impromptu... d'après molière

conception & mise en scène Julien Guill | interprétation Philippe Baron, Frédérique Dufour, Marc Pastor, Sébastien Portier, Fanny Rudelle

Nous proposons une table-scène, à laquelle les participants s’installent afin de s’expliquer. Ils réinventent un temps, sortent de l’incarnation. Il s’agit de bousculer les conventions qui placent l’oeuvre au centre et sépare les acteurs des spectateurs. Cela nous permet de réinterroger l’acte même du théâtre. Qu’est ce qui réunit cette assemblée? Le sensible, le spirituel, le moral, le poétique ou le politique? Autre chose? Ici les artistes tentent de devenir «autre chose» que de virtuoses exécutants. Ils cherchent à extraire Molière des lieux communs que véhicule sa méconnaissance, pour rendre toute la fraîcheur d’une pensée qui s’insurge et d’un théâtre en résistance.

production la compagnie provisoire | coproduction Conseil Général de l'Hérault dans le cadre «Résidence d'artistes»

2013-2012-2011 Festival «Molière dans tous ses éclats» Pézenas (34)

/ Je parle à l'illusion d'après léo ferré

mise en espace David Léon | interprétation Julien Guill | création sonore Alexandre Flory

Entre déchirement amoureux et rage politique, il s’agit de faire résonner les paroles de Léo Ferré, de faire entendre les beautés d’une mémoire poétique. Avec une économie de moyens, nous avons cherché à créer un espace hors du temps de la performance et du spectacle, pour montrer un artiste reclus dans la coulisse, qui s’attèle à retrouver les racines de l’impulsion créatrice.

production la compagnie provisoire

2011 Festival Voix Vives de méditerranée en méditerranée & Les Jardins du Musée Paul Valéry (34), «Printemps des poètes» à Vendargues & Montpellier
2010 La Laiterie des Beaux-arts, Création au «Baloard» (34)

/ Macbeth [aspects] d'après shakespeare

conception & mise en scène Julien Guill | interprétation Frédérique Dufour & Philippe Baron

C'est une exposition crue de la course au pouvoir, de la réussite par le déni des sentiments, de l’absorption du doute par la brutalité et la volonté de puissance, de la complaisance de l’individu dans sa propre perdition. Nous nous concentrons sur le couple. Le ménage comploteur absorbe le public dans son délire et son rituel destructeur. Il nous dévoile son grand cirque du pouvoir et emmène les spectateurs dans une mise en scène de l’ascension. 
Dans leur quête, les Macbeth se heurtent à un malaise insécable et impartageable. Ils sont les grands explorateurs de leur solitude passée à se putréfier dans leur culpabilité.

production la compagnie provisoire | coproduction Conseil Général de l'Hérault dans le cadre «Résidence d'artistes en Collège»

2013 Théâtre Jean Vilar «Lycéens tour» (34)
2012 Le Cratère, Scène nationale d’Alès «Lycéens tour» (30)
2011 La Laiterie des Beaux-arts (34)
2010 «Collège Marcel Pagnol» (34) 

/ Diktat d'enzo cormann

aux éditions de Minuit
conception Julien Guill | interprétation Marc Pastor & Julien Guill
| soutien technique Mathieu Zabé

Cormann met en scène l’insupportable situation de l’individu pris dans les remous de la Justice et de l’Histoire. Il choisit de se placer du point de vue de l’individu pour sonder la morale. Le spectacle s’efforce de rendre la notion «d’examen d’une assemblée où les acteurs sont les ‘‘délégués’’». La proximité permet d’approcher l’intimité de ces délégués «enragés» et de laisser émerger une puissante révolte prête à se consumer. Quand il est pris dans son chaos, quand il croit ne plus rien tenir, un individu à la possibilité de percevoir son être. Dans un espace dépouillé de tout, les interprètes se confrontent à leur chaos.

production la compagnie provisoire | coproduction La Baignoire

2010 Festival «Remise à neuf» à Saint-Jean de la Blaquière (34)
2009 Théâtre Pierre Tabard Lakanal (34), Festival «les Nuits de la Terrasse et del catet» (34), Festival de l’Adresse à Avignon-off (84), La Baignoire (34)
2008 «Quartiers libres», Création à «l’Atelier du Garage» (34)

/ Minetti de thomas bernhard

aux éditions de l'Arche
conception Julien Guill | interprétation Beata Dreisegova-Valette & Julien Guill

Thomas Bernhard propose une parole entière, sans fard, déterminée, violente et revendicatrice de la différence. Incarner cette parole revient à combler des gouffres, à rendre la violente irritation née de la confrontation au monde et aux autres. Humour acerbe. Critique cinglante de la bourgeoisie, de son apologie du déni, de son absorption mondaine de la révolte et de ses complaisances dans sa propre perdition. Et l’artiste là-dedans: crée-t-il une œuvre pour la porter, la détruire ou la cacher? Pour aller vers l’autre ou s’en éloigner? Pour vivre ou se laisser détruire? Pour apparaître au monde ou disparaître? Pour se soulager ou s’asservir? Pas de réponses. Seulement Minetti. Il est une sorte d’idéaliste, perdu dans un extrémisme aveugle, égoïste et furieux.

production la compagnie provisoire | coproduction La Baignoire

2009 Théâtre Pierre Tabard Lakanal (34)
2008 «Quartiers libres», l’Atelier du Garage (34), Création à «La Baignoire» (34)

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////